L’importance de citer sa source !

On 9 mars 2010 by NkL4

 

 

Oulala, un tweet me chagrine et je ne comprends rien !

 

Aujourd’hui, le 09 mars 2010, un tweet de Nathalie Kosciusko-Morizet (notre Secrétaire d’État  à la Prospective et au Développement de l’économie numérique) m’a vraiment interpellé !

 

 

Étais-je mal réveillé ou en manque de nicotine ? Dans le doute j’ai demandé à @bzhmaddog de m’aider dans la compréhension de ce Tweet.

 

Immédiatement, notre Pitou googlise la chaine de caractère ‘O. Inteanu’ et tombe sur le blog d’Olivier Inteanu, mais plus précisément sur cet article datant du 07 mars 2010 : Quand NKM découvre la neutralité des réseaux avec … 30 ans de retard.

 

Ce tweet si futile et passe partout m’a agaçé.
Ce tweet d’une femme (Homme) politique ironisant sur l’analyse d’un homme sans y laisser un lien vers son article m’a bien énervé.
Sans le hashtag, le lien raccourci vers le billet est facilement insérable.

 

Je ne veux pas faire de moralité, mais que vous soyez un influent ou pas, il est important, voir nécessaire, d’indiquer vos sources sous peine de dé crédibiliser vos écrits. Que ce soit sur un blog, un commentaire ou dans un tweet de 140 caractères maximum.

 

Sur ce, à bon entendeur ….

 

Les commentaires sont ouverts, lâches toi !


3 Responses to “L’importance de citer sa source !”

  • Joe

    Elle ne voulait surement pas lui faire de la pub’ étant donné le ton de son tweet 😉

  • NkL4

    @Joe: C’est justement ce que je lui reproche. Soit elle fait un tweet et cite sa source, soit elle ne fait rien 😉

  • Égide

    Juste l’impression que sous le vocable de la neutralité d’internet, il s’y cache plusieurs concepts assez différents :

    1- Ce que NKM a en ligne de mire depuis un moment, c’est la neutralité en terme d’usage de la bande passante disponible sur un réseau numérique.
    C’est un problème d’infrastructure et de son usage.
    En simplifiant tout acteur dispose de la totalité des performances des réseaux. Il n’y a pas de dispositif de discrimination en fonction du tarif de l’abonnement qui assureraient à certains de consommer le réseau avec des volumes et des débits très supérieurs à d’autres acteurs moins fortunés.

    2. Olivier Inteanu explique l’état du droit en ce qui concerne la responsabilité des intermédiaires techniques en regard des contenus qu’ils « transportent. En effet depuis longtemps les opérateurs de téléphonie qui sont aussi les principaux opérateurs de réseau ont obtenus de ne pas être responsable de la diffusion de contenus illicites. Avant le nouveau code pénal, le minitel rose véritable vache à lait pour les opérateurs et les éditeurs pouvait être poursuivi au titre de l’outrage aux bonnes mœurs. Les opérateurs se sont gardés de ce risque et d’autres encore afin de ne pas avoir de responsabilités en ce qui concernent les atteintes au droit d’auteurs les escroqueries, les intrusions, les vols de données, les destructions ou l’usage frauduleux de ressources numériques.

    On le voit deux champs très différents.

    Le twit de NKM n’est pas très « lisible ». Soit. Mais c’est le risque quand on twitte en français.
    L’anglais est plus précis avec moins de mots.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Featured Posts

  • Popular Posts